0

L'histoire du diamant

The Queen of Kalahari

L'histoire du diamant

The Queen of Kalahari

L'histoire du diamant - The Queen of Kalahari
L'histoire du diamant - The Queen of Kalahari

Une pierre absolue

C'est l'histoire d'une fleur extraordinaire éclose dans le désert, d'un joyau né d'une terre à la fois aride et fertile. C'est l'histoire d'une pierre à la pureté exceptionnelle, d'une merveille de la nature à la beauté incomparable. C'est l'histoire de la pierre parfaite, le diamant The Queen of Kalahari, une incroyable pierre précieuse de 342 carats à la couleur sublime et d'une pureté absolue, qui a donné naissance à un ensemble de 23 diamants. Voir la vidéo.

À la découverte d'un trésor

342 carats : ce nombre évoque une dimension extrêmement rare pour un diamant d'une telle pureté, à la couleur aussi superbe. Chacun de ces joyaux possède une couleur et une pureté exceptionnelles. Cinq de ces vingt-trois diamants pèsent plus de 20 carats et les cinq principales tailles de pierres précieuses (coussin, radiant, cœur, émeraude et poire) sont représentées. Le mercredi 9 mars 2016, lorsque nos ateliers ont reçu le diamant, prêts à créer cet ensemble.

Les six joyaux nés du Jardin de Kalahari

Autour de ces cinq pierres, Caroline a tissé un audacieux ballet de symboles poétiques et oniriques. Cette collection représente à elle seule presque une année de travail : des milliers d'heures passées par les artisans joailliers de Chopard à peaufiner cette magnifique création. La collection The Garden of Kalahari'>The Garden of Kalahari collection est entièrement conçue autour de l'idée d'une dentelle de joyaux, telle une guipure de diamant aux motifs lumineux.

Une audace créative

Comme l'explique Caroline Scheufele, « il s'agit d'une pierre véritablement exceptionnelle, mais nous ne voulions pas la traiter comme un simple trophée : notre idée était de la préparer pour une destinée à la hauteur de sa dimension. » The Garden of Kalahari témoigne de la virtuosité des artisans impliqués dans sa conception ainsi que du génie qu'a nécessité son développement, sous l'égide de Caroline Scheufele.