0

La L.U.C Full Strike

La L.U.C Full Strike, une sonorité incomparable

Le lancement de la L.U.C Full Strike, fin 2016, a signé le point d’orgue de la célébration des vingt ans de Chopard Manufacture. Première montre à répétition minutes de la Maison, elle fait l’objet de plusieurs premières mondiales. Elle sonne en effet les heures, les quarts et les minutes sur des timbres en saphir. Sa conception extrêmement originale, l’excellence de ses finitions certifiées Poinçon de Genève et surtout son extraordinaire sonorité en font une montre d’exception, d’une classe à part. Raffinée et agréable à porter, elle accueille en son sein le meilleur du savoir-faire, de l’inventivité et de la qualité propres à la collection L.U.C.

La L.U.C Full Strike possède une signature sonore unique, résonnante et cristalline. Les timbres sont accordés sur deux notes : do et fa. La richesse tonale est d’une ampleur sans précédent puisque c’est la première fois que le saphir est utilisé comme générateur et amplificateur acoustique.

La L.U.C Full Strike reçoit le Grand Prix de l’Aiguille d’Or 2017

Karl-Friedrich Scheufele s’est exprimé après la remise du trophée : « Je ne m’attendais absolument pas à remporter l’Aiguille d’Or ce soir. Je suis encore très ému par ce résultat inattendu. Nous avons célébré en 2016 les vingt ans de Chopard Manufacture en lançant une montre exceptionnelle : la L.U.C Full Strike. Je savais que nous avions créé une pièce vraiment unique, mais je ne m’attendais pas à tant d’honneur. La L.U.C Full Strike a revisité une des complications horlogères majeures en apportant une innovation, tout en respectant la tradition de conception des mouvements. J’ai été le chef d’orchestre de cette réalisation, mais rien n’aurait été possible sans le savoir-faire et l’engagement sans faille de nos départements horlogers à tous les niveaux – des concepteurs mouvement aux horlogers et décorateurs. Je tiens à remercier ma famille pour son soutien pendant toutes ces années. C’est véritablement une belle aventure. »

La créativité horlogère de Chopard

Derrière ce résultat acoustique se dissimule l’un des mouvements les plus sophistiqués et inventifs créés par Chopard Manufacture. Près de 17 000 heures de développement ont été nécessaires à la mise au point du calibre 08.01-L, lequel fait l’objet de trois brevets en cours d’homologation. Chopard a ainsi trouvé en son sein des réponses entièrement nouvelles à des problématiques historiques portant sur la nature des timbres, ainsi que sur le fonctionnement et l’ergonomie de l’ensemble du système de sonnerie. En particulier, ce mouvement comporte une série de systèmes de sécurisation qui le protègent des mauvaises manipulations susceptibles d’endommager les répétitions minutes. Sa couronne sert à remonter le mouvement dans un sens et la sonnerie dans l’autre. La L.U.C Full Strike dispose ainsi d’une réserve d’énergie suffisante pour sonner douze fois l’heure la plus longue dans le langage des répétitions minutes, 12h59. Elle est équipée d’un double indicateur de réserve de marche, situé à 2 heures, tandis que ses deux aiguilles superposées indiquent la réserve de la sonnerie et l’autonomie du mouvement.

La véritable force de la L.U.C Full Strike est que cette somme de technicité passe inaperçue au poignet grâce à une montre d’un raffinement extrême, frappée du Poinçon de Genève. À la demande, en pressant sur le poussoir intégré dans la couronne, elle sonne les heures, les quarts et les minutes, pour le plus grand plaisir de son propriétaire et de ceux qui l’entourent.

Un saphir aux propriétés exceptionnelles

Le cristal de saphir transparent est le matériau traditionnel des verres inrayables des montres. Cette matière, très homogène et dure, recèle en outre des propriétés acoustiques que Chopard a réussi à exploiter. Traditionnellement, les timbres d’une répétition minutes sont faits de tiges d’acier ou d’or qui vibrent lorsqu’elles sont frappées, produisant ainsi leur son caractéristique. Ce qui fait la particularité de la L.U.C Full Strike, ce sont ses timbres en saphir. Mais Chopard a souhaité aller plus loin encore, puisque ces timbres font partie d’un ensemble cohérent. Timbres et glace sont en effet usinés ensemble dans un seul bloc de saphir. Ils forment ainsi une seule et même pièce, sans soudure, ni colle, ni vis ; une conception complètement unique dans l’histoire de l’horlogerie qui fait l’objet d’un dépôt de brevet. En horlogerie comme dans l’univers de la haute-fidélité, les ruptures de matière nuisent à la transmission des ondes acoustiques. L’intégrité physique parfaite entre timbres et glace transmet le son directement à l’extérieur de la montre, avec toute sa force et sa singularité.

Une autre preuve de la polyvalence du saphir est sa parfaite solidité. Il ne casse pas, même après des tests qui lui font subir un million et demi d’impacts par des marteaux en acier. La contrepartie de sa dureté est une difficulté extrême à le travailler. Usiner des ensembles aussi fins dans une matière aussi résistante, sans briser le lien entre les timbres et la glace, a nécessité des outils à la fois puissants et précis. L’usinage de l’ensemble timbres/glace a demandé à lui seul plus de trois ans de mise au point, un exploit technique et humain.

La distinction des garde-temps L.U.C

En complément de sa richesse horlogère, la L.U.C Full Strike est une montre d’une parfaite élégance. Fidèle au design des montres L.U.C, elle arbore une bande de carrure satinée verticale qui contraste avec une lunette et un fond polis. Toutes les inscriptions de ce fond ont été gravées à la main. Son boîtier est quant à lui réalisé en or rose 18 carats Fairmined. Ce label certifie que Chopard s’est approvisionnée en or auprès d’une coopérative à la gestion certifiée juste, éthique et durable. Avec 42,5 mm de diamètre pour 11,5 mm d’épaisseur, ce boîtier de dimension contenue est mis en valeur par un équilibre des lignes particulièrement soigné. Les répétitions minutes sont généralement munies d’un levier d’armage qui fournit l’énergie nécessaire au mécanisme de sonnerie. Le déclenchement de la répétition minutes de la L.U.C Full Strike se fait en appuyant sur un poussoir, dans l’axe de la couronne. Elle est montée sur un bracelet en alligator double face, certifié CITES, cousu à la main et teinté par pigmentation végétale. Ainsi, que l’on admire son cadran ou son mouvement, elle est toujours habillée du même cuir précieux.

L'art de la composition

Le calibre 08.01-L est d’une conception exceptionnelle. Un mouvement à répétition minutes traditionnel est une superposition, où une couche mesure le temps et une autre transforme ce temps en notes. Ce nouveau calibre L.U.C d’une finesse extrême permet à la L.U.C Full Strike de ne mesurer que 11,5 mm d’épaisseur, très peu pour une montre dont le mouvement comporte plus de 500 composants. D’un côté, l’ensemble horaire se compose du barillet, du train de rouage et de l’organe réglant. Il dispose de 60 heures de réserve de marche et est certifié par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC). À cet égard, la L.U.C Full Strike est conforme aux exigences de Karl-Friedrich Scheufele, co-président de Chopard, qui souhaitait faire des pièces de la collection L.U.C des montres de Haute Horlogerie à la précision certifiée. De l’autre, le mécanisme de répétition minutes. Contrairement à la tradition, il est situé côté cadran et donc intégralement visible. Les marteaux en acier de la L.U.C Full Strike ont une force de frappe pouvant être modulée individuellement, rendant ainsi possible un réglage fin de l’intensité acoustique par l’horloger.

Sécuriser le mouvement

Le mécanisme d’une répétition minutes est un système d’interactions sans pareil en horlogerie. Les pièces en mouvement sont nombreuses et les possibilités de casse aussi. Chopard a donc muni le calibre 08.01-L de trois dispositifs de sécurité qui le protègent de toute erreur de manipulation. La réserve de marche de sonnerie est couplée à une roue semi-dentée. Lorsqu’elle est trop basse, elle désactive la sonnerie de la répétition minutes. La montre ne peut donc pas sonner de manière complète par manque d’énergie. D’autre part, afin de maximiser la réserve de marche de la sonnerie, un ingénieux dispositif breveté a été intégré à l’embrayage du calibre 08.01-L. Durant l’embrayage et le débrayage, le régulateur ne tourne pas. Ce n’est que lorsque tout est en place que la sonnerie consomme de l’énergie. Durant la sonnerie elle-même, la couronne est déconnectée du mouvement. Il n’est donc pas possible d’effectuer de réglage horaire susceptible d’endommager le mouvement. Le poussoir déclencheur, intégré dans la couronne, est lui aussi désactivé au même moment, car une seconde tentative de déclenchement pourrait forcer l’embrayage de la sonnerie.

Le sens du détail

Cette attention apportée aux détails s’applique à toute la L.U.C Full Strike, puisque son mouvement et sa boîte sont tous deux porteurs du Poinçon de Genève. Particulièrement exigeante, cette certification oblige à des choix techniques et esthétiques qui augmentent encore la complexité de conception et de réalisation des composants du calibre 08.01-L. Elle stipule par exemple que les ressorts ne peuvent être des fils mais doivent comporter un talon et être décorés. Même ceux qui tiennent les masselottes du régulateur et qui ne mesurent que 7/100e de millimètre d’épaisseur. Tous les composants du calibre 08.01-L sont soigneusement terminés, soit par un perlage, soit par des traits tirés, soit par des Côtes de Genève. Dans tous les cas, ils subissent un anglage méticuleux à la main. La platine et les ponts sont réalisés en maillechort, un métal noble qui ne pardonne aucune rayure ni erreur d’exécution. Non traité, il apparaît dans sa teinte naturelle, gris légèrement doré, à travers le fond saphir de la L.U.C Full Strike. En cumulant beauté des détails, finitions extrêmement soignées et une sonorité cristalline et pleine, la L.U.C Full Strike incarne à elle seule toute l’étendue des compétences horlogères de Chopard. Vingt ans après la création de Chopard Manufacture, elle propose une remarquable interprétation de la montre à répétition minutes, facile à porter au quotidien, qui ne dévoile sa vraie finesse qu’à une oreille attentive et experte, celle de l’homme moderne amateur d’objets d’exception.